J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Publié le par Marion

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Le monde nous ment... Plusieurs choses nous le rappellent tout au long de notre vie. Quand on est si petits, le cœur plein d'amour et d'innocence et qu'on apprend que le père Noël n'existe pas, déjà on est au bord du gouffre.

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Plus tard, quand on se rend compte que Roc, promesse tenue, ne tient pas ses promesses, et qu'on a toujours autant de cellulite à la fin du pot, là on touche le fond...

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

C'est pourquoi j'ai décidé de réaliser un petit pas pour l'homme, un grand pas pour la vérité. Et passer en revue quelques petits détails que l'on a l'habitude de ne pas révéler au futurs mamans, pour ne pas trop les effrayer.

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Première chose à savoir, quand on accouche, on pousse, ben c'est un peu le principe...

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Donc si après 8 mois de grossesse ( vomi, acné, prise de poids, rétention d'eau, hémorroïdes, pillosité) il nous reste un tant soit peu d'amour propre et par égard pour le personnel hospitalier, on apprend qu'il existe des moyens pour limiter les dégâts.

www.leparmachien.com

www.leparmachien.com

C'est la première chose à faire avant d'y aller.

Ensuite, il y a un autre panneau dans lequel je suis tombée la première fois. J'ai sous estimé l'impact que l'interdiction de boire aurait sur mon corps et mon esprit pendant les longues heures qui m'attendaient... En fait avec du recul je pense que j'avais pas tellement soif, mais le fait de savoir que je n'avais pas le droit de boire me rendait dingue. Et les petits pshiiits d'eau en aérosol que le futur papa me faisait n'avaient pas forcement l'efficacité escomptée...

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Note pour plus tard, penser à se siffler une demi bouteille avant de partir!

Quand on arrive à la maternité, on croit vivre les instants les plus dangereux de sa vie, on s'apprête à vivre notre Vietnam, la mission commando de la mort. Aussi, on quand on pénètre dans l’hôpital en pleine nuit, on s'attend à avoir tout le monde qui se précipite sur nous...

Au lieu de ça, on sonne à 13 reprises à l'interphone, et on tombe sur un interne que l'on a tiré d'un bon somme et qui, l'air aimable, répond à nos gémissements de douleur d'un ravissant petit..."

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Alors on peut tomber sur toutes sortes de personnes durant nos longues heures d'agonie.

Il y a tout d'abord la nana qui, elle, sort déjà de la salle de délivrance avec bébé dans les bras et dont le message sur son visage lorsqu'on la croise nous en dit long...

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Ensuite vient la gentille infirmière compatissante, qui tente tout ce qu'elle peut pour nous rassurer.

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Et quand, au bout de trois heures d'agonie, on demande si on peut enfin avoir le droit à la sainte péridurale....

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

...Non mais vraiment... en vrai de vrai là, je crois que je suis en train de mourir docteur!

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Alors, au bout de la fin du monde, on vient enfin nous poser ce produit miracle. On se sent alors telle Indiana Jones qui réussit à passer toutes les épreuves du pénitent, et arrive enfin devant la sainte coupe. Saint Graal si modeste avec sa grosse aiguille si grosse que je pourrais m'en servir pour fourrer mes choux à la crème.

Une fois connected, je me suis soudain étonnée auprès de l’anesthésiste d'avoir le bras endormi mais toujours aussi mal ailleurs...

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

C'est ensuite, lorsque le travail commence, que notre caractère de fayotte première de classe ressurgit de nulle part. Alors on se vente auprès du personnel d'avoir été hyper assidue aux cours d'accouchement et d'avoir fait les exercices de respiration tous les jours sans faute...

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Si on a ma chance, c'est la partie la plus cool de l'histoire. On est ultra fière, c'est que du bonheur. On se sent même hyper sportive quand la sage femme nous félicite de notre respiration de coureuse de marathon (J'ai réalisé plus tard que c'est juste un truc de sage femme pour nous encourager, parce qu'en fait, je n'ai rien de Marion Jones, j'avais au taquet 8 de moyenne en EPS au collège).

C'est fini, c'est magique et merveilleux, on est tellement heureux, mais c'est à la vue de la tête du gynéco quand il voit le gamin, qu'on se dit que c'est pas forcement gagné pour les belles photos de faire part de naissance...

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Et ça peut finir encore mieux, la cerise sur le gâteau, après toutes ces heures de sport de haut niveau, ce mélange de haute couture et de boucherie chevaline, quand on se sent tellement sale, si une bonne âme parmi le personnel de l’hôpital vient nous décomplexer et nous remonter le moral...

J'ai testé pour vous: l'accouchement sans douleur

Commenter cet article